Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 10:45
Rethel - Bac pro, une filière qui gagne à être connue

Le baccalauréat professionnel fête ses trente ans. Pour l’occasion, le lycée Paul-Verlaine
organise une journée de promotion de ses filières, ce vendredi.
Pour les 30 ans du baccalauréat professionnel, le lycée Paul-Verlaine de Rethel ouvre ses portes ce vendredi 29 janvier afin de présenter ses filières professionnelles. Chaque année, près de 700 000 élèves passent par l’un des 1 600 lycées professionnels de France pour se préparer à exercer dans le monde du travail. Le lycée Verlaine propose quatre bacs professionnels : le bac pro ASSP (accompagnement, soins et services à la personne) ; le bac pro ELEEC (électrotechnique, énergie, équipements, communicants) ; le bac pro vente et commerce et le bac pro GA (gestion administration).
« Nous attendons une vingtaine de professionnels et une dizaine d’anciens élèves », indique Jean- Jacques Lebon, directeur des études qui espère beaucoup de cette journée afin de montrer aux chefs d’entreprise partenaires comment les professeurs travaillent avec leurs élèves, et de réfléchir aux types de projets à mettre en place avec les filières professionnelles. Ce sera aussi l’occasion de réunir les principaux, conseillers d’orientation et professeurs des collèges alentour afin qu’ils soient en mesure de bien informer leurs élèves sur une orientation en bac pro. « Il faut le dire, c’est une bonne voie de formation qui mérite d’être mise en avant».
D’autres portes ouvertes auront lieu le 12 mars prochain et concerneront toutes les filières.

La parole aux élèves
Les filières professionnelles, ceux qui en parlent le mieux, ce sont encore les élèves. « Nous, on a déjà un pied dans le monde du travail, on a de l’expérience et, sur notre CV, on pourra inscrire que l’on a déjà fait des semaines de stage. C’est un avantage d’avoir déjà été formé au métier ou à la branche de métier que l’on souhaite exercer, moi je suis considéré comme un salarié dans l’entreprise où je fais mes stages. C’est un plaisir d’avoir des responsabilités dans une entreprise comme Thiriet », explique Maxime, élève de 1 è année vente. Nelly, en 1 è année ASSP, est, elle aussi, satisfaite de sa formation.
« Je suis beaucoup plus confiante pour la suite de mes études ! Mon projet professionnel est déjà tout tracé et je n’ai pas peur des étapes. »

Repost 0
Published by L'Ardennais - dans 30 ans Bac Pro
commenter cet article
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 09:31

A l'occasion des journées portes ouvertes "Bac pro 30 ans" qui se déroulent vendredi 29 et samedi 30 janvier, retrouvez l'article sur les bac pro du lycée François 1er de Vitry le François.

Repost 0
Published by l'Union - dans 30 ans Bac Pro
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 13:48

Le lycée Diderot est un établissement qui accueille 458 élèves encadrés par une centaine d'adultes.
L'équipe pédagogique travaille depuis plusieurs années à donner de l'ambition aux lycéens. Les enseignants soutenus par les équipes font ainsi participer les ébénistes et ferronniers d'art à des concours, notamment celui du "prix de l'institut national des métiers d'arts" (INMA) et à celui "des meilleurs apprentis de France" (MAF). Ils sont régulièrement récompensés pour leurs réalisations, soit sur des sujets imposés (MAF) ou sur des créations (INMA).

Voici quelques réalisations récentes des élèves.

Les 30 ans du bac Pro : l'exemple du lycée professionnel Denis Diderot de Romilly-sur-Seine (10)
Repost 0
Published by service communication - dans 30 ans Bac Pro
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 13:18
Les 30 ans du Bac Pro : un parcours exemplaire

Bastian Le Morvan fait partie des lauréats d'un Bac Pro. Il a pu, grâce à ce diplôme, réaliser son rêve : devenir constructeur de bateaux de courses.
Il nous a expliqué son parcours dans cette interview.

Académie de Reims :
Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bastian Le Morvan :
Je m'appelle Bastian Le Morvan. Je suis né à Troyes (10) et j'ai 24 ans.
Depuis mon plus jeune âge, j'ai navigué sur le Lac de la forêt d'Orient et très vite j'ai décidé que je voulais devenir constructeur de bateaux de courses.
Mon choix n'a pas toujours été bien compris et j'ai dû vraiment batailler pour réaliser ce rêve. Heureusement mes parents m'ont toujours soutenu dans mes choix.

AR :
Quel a été votre parcours scolaire pour accéder à la fonction que vous occupez aujourd'hui ?

BLM :
J'ai intégré le lycée professionnel des Franchises à Langres (52) où j'ai préparé un brevet d'études professionnelles( BEP) et un Bac Pro en plasturgie et composite.
Lors de mon année de Bac Pro, les professeurs ont vu que j'avais du potentiel et m'ont présenté au concours général des métiers en 2010.
J'ai été lauréat national en plasturgie. Cela correspond à une qualification de meilleur ouvrier de France. En parallèle je continuais à naviguer et à participer à des compétitions.
Lors de mon année de Bac Pro j'ai aussi effectué de nombreux stages dans la construction nautique.
Je me suis ensuite dirigé vers un brevet de technicien supérieur (BTS) euro plastique spécialité composite à la Rochelle (à Rochefort (17) plus exactement). Je l'ai obtenu en 2012.
Mon projet de fin d'année a consisté en la fabrication d'un violon en fibre en carbone.
J'ai ensuite obtenu une mention complémentaire (MC) en prototypage à Questambert (près de Vannes (56)).
En même temps, je travaillais en alternance dans une entreprise de fabrication d'arcs en fibre de carbone à La Rochelle où je faisais du développement.

AR :
Comment avez-vous obtenu l'emploi que vous occupez aujourd'hui ?

BLM :
J'ai tout d'abord traversé une période de chômage de 8 mois, j'ai donc fait un contrat en service civique à St-Julien-les-Villas (10) à la maison des jeunes et de la culture (MJC). La MJC possède des vieux bateaux et je les entretenais.
Puis j'ai été embauché à La Rochelle dans une entreprise de fabrication de bateaux de courses (mini 6,50).
J'ai donc participé à la construction du bateau de François Gabart qui a gagné le Vendée Globe ©.
Ensuite je suis retourné en Bretagne où j'ai rejoint une autre entreprise pour travailler à la fabrication d'une partie du trimaran de François Gabart sur lequel il a gagné la Transat Jacques Vabre ©.

AR :
En quoi votre formation en Bac Pro a-t-elle été un atout ?

BLM :
Le cursus scolaire "classique" ne me convenait pas et ma formation en BEP puis en Bac Pro m'a permis d'être vraiment dans la pratique de mon futur emploi.
Les professeurs du lycée professionnel de Langres ont été très attentifs à mes projets et aux problèmes que je rencontrais et ils ont vraiment mis en relation la théorie et la pratique.
Cette formation m'a aussi permis de faire des stages en entreprises un peu partout (même en Angleterre) et d'ajouter une plus-value certaine à mon CV. En effet les employeurs sont très intéressés par un CV très fourni en stages dans des entreprises renommées en Europe.
Mes employeurs actuels ont été favorablement impressionnés par mon parcours et par la diversité des stages auxquels j'ai participés.

AR :
Si vous deviez conseiller à un jeune élève de se diriger vers un Bac Pro, quel seraient vos arguments ?

BLM :
Je mettrais en avant l'intérêt des professeurs et du proviseur du lycée professionnel pour les projets portés par les élèves.
La polyvalence de la formation est aussi un atout et se « frotter au concret » permet de développer des compétences fines qui intéressent les employeurs.

 

Repost 0
Published by Service communication - dans 30 ans Bac Pro
commenter cet article

Edito

Bienvenue sur le blog de la relation Ecole/Entreprise... suite

 

Recherche

Outils en ligne

Vidéos, supports de cours...

  • Supports proposés par l'Association Jeunesse et Entreprises
    • Découvrir les rouages de l'entreprise : Comment présenter l'entreprise aux jeunes  ? Visionner...

2ème rencontre école/entreprise : Développer l'esprit d'entreprendre

Compte-rendus de la journée de formation...suite

Manifestations à venir

Manifestations à venir... suite

Conseillers de l'Enseignement Technologiques (CET)

Conseillers de l'enseignement technologique