Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 09:29

L’ AFDET Marne (Association Française pour le Développement de l’Enseignement Technique) et l’équipe du Lycée des Métiers du Bâtiment et des Travaux Publics François Arago à Reims (Marne) ont accueilli le 10 mars une manifestation sur un sujet d’innovation :

"LES METIERS DU BATIMENT LIES AUX AGRO RESSOURCES

ET A LA PERFORMANCE ENERGETIQUE"

Une cinquantaine de personnes se sont présentées, intéressées par ce thème : des professionnels du secteur du Bâtiment, la FFB (Fédération Française du Bâtiment dans sa représentation Nouvelle Région, des représentants du Rectorat de l’Académie, le Délégué Académique aux Formations Professionnelles Initiale et Continue, la mission relation Ecole-Entreprise, l’ARIFOR, des représentants des Centres d’Information et d’Orientation et des Espaces métiers, des enseignants, la CNAMS (Confédération Nationale pour l’Artisanat et les Métiers de Service), des Conseillers de l’Enseignement Technologique, des chefs d’entreprises, etc.

Les enseignants experts, animateurs du Centre de Recherche et de Développement ARAGO ont expliqué comment les métiers du secteur du bâtiment étaient amenés à évoluer notamment en raison des exigences réglementaires liées aux économies d’énergie, à la transition numérique et aux nouveaux matériaux.

En effet, l’une des innovations dans le bâtiment vise à intégrer des agro ou bio ressources. Ce sont des ressources vivantes renouvelables qu’elles soient forestières cultivées ou naturelles, et les produits marins des berges ou de l’eau.

Ce potentiel exploitable transforme la stratégie de l’économie verte et fait évoluer la construction.

Des maisons écologiques basse consommation à ossature bois et béton de chanvre projeté sont déjà accessibles.

Ces innovations techniques et informatiques font également évoluer les compétences nécessaires, les formations et les certifications doivent s’adapter.

Une visite du Centre de Recherche et Développement ARAGO a ensuite été organisée. Elle a permis de découvrir un établissement à la pointe de l’innovation, tant du point de vue des formations proposées que des projets tels que la filière « chanvre » et des équipements qui permettent aux élèves de travailler en « grandeur réelle ».

Partager cet article
Repost0
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 12:43

Le concours « Je filme le métier qui me plaît » a été mis en place pour sensibiliser les collégiens,
lycéens et étudiants au monde du travail ainsi qu’aux différentes représentations qu’ils ont des métiers.
L’idée : réaliser un reportage vidéo d’une durée de 3 minutes maximum, du scénario au montage.
"Elle voulait devenir tatoueuse"
Au lycée Gustave Eiffel, ce projet est pluridisciplinaire. La 1 e bac pro maintenance des véhicules automobiles et techniciens en chaudronnerie industrielle a déjà travaillé en 2 nde sur un court-métrage de fiction. Cette année la classe décide de se lancer dans « Je filme le métier qui me plaît » dans la catégorie « les gestes du métier ».
Synopsis pour les chaudronniers, cet automne une jeune fille est venue en chaudronnerie faire un stage de découverte du métier alors qu’elle se destinait à celui de tatoueuse. Ils ont eu envie de prendre appui sur cette anecdote pour raconter les gestes de leur métier méconnu et passant pour très sale. Ils ont imaginé l’amie de la jeune fille qui, stupéfaite, la suit dans sa pratique de la chaudronnerie et comprend qu’il y a une partie créative dans le métier.
Synopsis des mécaniciens, un journaliste vient pour admirer et essayer une superbe voiture entreposée au lycée, avec l’idée que les élèves mécanos sont des « bourrins » qui n’ont pas réussi à l’école. Il découvre des élèves passionnés, qui lui montrent notamment comment faire tinter un marteau pour dégager une rotule.
Le tournage s’est très bien déroulé et a atteint ses premiers objectifs puisque des élèves ont confessé avoir découvert certaines machines utilisées par leurs camarades et totalement ignorées d’eux, malgré leur proximité !

Partager cet article
Repost0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 09:54
Partenariat  Century21  groupe Martinot  - Lycée Hessel à Epernay

La signature d’une convention de partenariat entre  l’agence immobilière sparnacienne Century21 – groupe Martinot et  le lycée Stéphane HESSEL d’Epernay nous offre l’occasion de revenir avec David CAILLO, l’agent immobilier partenaire, sur le nécessaire rapprochement de l’école avec  le monde professionnel. 

Le lycée Stéphane Hessel, dirigé par Philippe LABIAUSSE, propose depuis 2 ans une formation BTS dédiée aux professions immobilières. Les relations école-entreprises sont  incontournables aujourd’hui pour maintenir une pédagogie active et en phase  avec les attentes des professionnels du secteur immobilier. L’enjeu est également de favoriser l’insertion des étudiants en tant que stagiaires ou dans le cadre d’une première embauche.  C’est enfin une occasion privilégiée d’évoquer l’esprit d’entreprendre en s’appuyant sur un partage d’expérience riche, favorisé par l’intervention régulière de David CAILLO et de ses collaborateurs.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 08:49

Retrouvez l'action réalisée par le lycée Pierre Bayle de Sedan : rencontre enseignants, chefs d'entreprise et tuteur

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 13:12

Une demi-journée consacrée à la découverte des métiers a été organisée au Groupe Saint-Joseph pour une rencontre entre professionnels et élèves.

Ils sont en terminale Bac pro, CAP ou encore en 3 e prépa pro au groupe Saint-Joseph. Parce que« favoriser l’immersion professionnelle afin de donner du sens aux études » est l’un des axes forts du projet d’établissement, les enseignants ont organisé mercredi dernier pour la 3 e édition, une demi-journée consacrée à la découverte des métiers. « L’idée est de faire venir des professionnels en rapport avec les formations pour lesquelles nous proposons chez nous, une poursuite d’étude », résume Sophie Geoffroy, chef de travaux tertiaire.

Combattre les préjugés

À travers cette rencontre, l’objectif est de combattre les préjugés et d’alimenter le projet personnel des élèves. Ainsi seize professionnels dans les domaines de la menuiserie, du froid et de l’énergie, du transport, de la vente, de l’électricité, de l’esthétique et de la cosmétique, des systèmes électroniques et numériques et de l’architecture n’ont pas hésité à donner de leur temps pour évoquer leur parcours, leur expérience et répondre aux questions des jeunes. « Les collégiens de 3 e ont chacun choisi trois ateliers en fonction de leurs appétences », explique-t-elle. « Nous leur avons remis un dossier avec une fiche métier qu’ils reprendront ensuite avec leurs professeurs. »

Si la rencontre a été préparée en amont, un suivi sera effectué après surtout que la pertinence du dispositif n’est plus à démontrer. « Ça permet d’avoir une vision réelle des conditions d’exercice des métiers mais ça peut également être, pour certains, un déclencheur. Notre ambition est de leur présenter un champ des possibles avec des idées auxquelles ils n’auraient peut-être pas pensé naturellement. »

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 12:40

Des élèves de terminale ont rencontré des anciens élèves et des professionnels des métiers de la santé pour choisir leur orientation.
Durant un peu plus d’une semaine, les terminales bac pro « Services aux personnes et aux territoires » (Sapat) du lycée des Cordeliers d’Arcis-sur-Aube ont participé à différentes rencontres afin de préparer leur formation après le bac.
C’est ainsi que d’anciens élèves et des professionnels dans les secteurs du soin, du social, du
secrétariat, de l’animation, du service, de l’accueil ou encore de la gestion sont intervenus pendant une dizaine de jours pour présenter leurs parcours, les avantages de leurs métiers et les évolutions de carrière.
Parmi les métiers présentés, ceux d’aide-soignant, ambulancier, aide médico-psychologique, assistant social, infirmier, animateurs aux différentes spécialités, auxiliaire de puériculture, éducateur, puéricultrice, etc.
Un ancien élève, actuellement en master 2 « Sciences, technologie et santé », a, par ailleurs, réalisé une présentation avec support afin de démontrer aux élèves que « même avec un bac professionnel, tout est possible si l’on possède de bons dosages de motivation, de sérieux, de travail et de passion » tout en les rassurant sur les choix qu’ils seront prochainement appelés à faire via le site post-bac.
Enfin, une relaxologue leur a donné des conseils et des techniques afin d’affronter, dans les meilleures conditions possibles, les épreuves orales et écrites à venir.
Un temps de réflexion sur leurs orientations qui a permis aux jeunes de voir plus clair dans leur avenir «après bac » tout en les aidant à faire des choix cruciaux pour leur avenir.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 16:32
Joinville : des collégiens très "pro"
Partager cet article
Repost0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 09:04
Des étudiants de BTS commerce international de Sedan primés aux challenges AJE

Jeudi 28 mai, l’Association Jeunesse et Entreprises a remis les prix du concours national

« Les Challenges AJE » 2015. Durant l’année 2014/2015, près de 200 étudiants d’IUT, d’EGC ou de classes de BTS se sont mobilisés pour le concours national des Challenges AJE.

Les étudiants volontaires doivent mettre en exergue les particularités et les forces d’une entreprise de leur choix dirigée par son créateur. Ils étudient en profondeur leur entreprise durant l’année et soumettent un dossier complet sur l’entreprise au jury national de ces challenges, présidé par Yvon GATTAZ.

Ce concours permet aux étudiants :

  • de « s’immerger » dans l’entreprise et d’établir un contact privilégié avec un entrepreneur
  • de montrer leur capacité d’adaptation, d’anticipation et de rigueur

Mais réussir les Challenges AJE c’est aussi et surtout une question de motivation. Chaque année, AJE est d’ailleurs toujours heureuse de voir l’implication des jeunes dans ce projet, qui constitue souvent pour eux un premier contact privilégié avec le monde de l’entreprise, bénéfique pour leur avenir professionnel.

Des étudiants de la section BTS Commerce International du lycée Pierre BAYLE de Sedan participent à ce concours.

Le 2ème prix dans la catégorie « Développement à l’exportation » a été attribué cette année à la société JOINTEC de Douzy-08. La société JOINTEC était présentée par Silvio FILIPPELLI et Myriam KABA, encadrés par leur professeur de Commerce International Adeline PIROUELLE.

Silvio, actuellement en stage en Grande Bretagne dans le cadre de son BTS, a fait le déplacement depuis Londres pour cette remise des prix.

Implantée à Douzy dans le département des Ardennes depuis 2006, JOINTEC France fabrique différents types de matériels pour des activités sportives et de rééducation pratiquées en piscine. Sous sa marque Archimède sont fabriqués et commercialisés des vélos de piscine (souvent appelé aquabike), des vélos elliptiques et des tapis de piscine. L’entreprise a déjà équipé les piscines de Douzy, Sedan, Charleville-Mézières, Rocroi …

Cette PME conforte ainsi sa position de leader en matériel d’aquafitness. JOINTEC exporte principalement en Europe. Elle a un partenariat avec une société Belge, un agent aux Emirats arabes… Le dirigeant créateur de JOINTEC, Monsieur Jean Claude PECHEUX, et son conseiller export, Monsieur Robert BOULITROP, sont venus à Paris recevoir le prix.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 09:50

 

Les tuteurs de stage des élèves du lycée professionnel de Sézanne ont visité la cité scolaire. La majorité ne connaissait pas les ateliers et les formations.

Les 28 élèves de terminale bac professionnel gestion administration (GA) de la cité scolaire de Sézanne viennent de favoriser la rencontre des professionnels et du monde scolaire.

Pour leur projet de fin d’études, ces lycéens sézannais ont invité les tuteurs de stage de l’ensemble des élèves du lycée professionnel de la cité des mails à visiter les installations du lycée. Une cinquantaine de professionnels ont répondu à l’invitation. C’était une première à la cité scolaire de Sézanne.

Au programme : visite de la cité scolaire, remise de diplômes aux maîtres de stage et verre de l’amitié. « C’est une façon de remercier les tuteurs de leur investissement dans la formation des lycéens, soulignent les élèves de terminale bac pro GA. Cela permet aussi aux tuteurs de mieux connaître la cité scolaire et de voir dans quel environnement évoluent les élèves qu’ils reçoivent dans leur entreprise. »

Les tuteurs se sont donc attardés dans les ateliers qui servent aux travaux pratiques des lycéens, comme la cuisine pédagogique, les chambres pour le cursus sanitaire et social ou bien les tableaux électroniques et hydrauliques pour les formations industrielles dispensées dans l’établissement sézannais. Enseignants et élèves ont donné des explications.

Étonnant : cette visite a été véritable découverte pour bon nombre de ces maîtres de stage. Même des Sézannais qui habitent et travaillent dans la cité des mails.

« Je ne connaissais pas du tout, je découvre ces salles », indique Hugues Devillers, qui tient un cabinet d’assurances à Sézanne. « Je ne suis jamais venue dans ces classes, lance Jacqueline Cuvilliers, qui travaille dans une étude notariale de Sézanne. C’est très intéressant de voir ce que les élèves font. »

Les tuteurs ont passé davantage de temps dans leur domaine de prédilection. Mais ils ont pu visiter tous les locaux. « Je connais bien la cité scolaire, mais la visite m’intéresse car elle permet de savoir quel est le contenu de la formation des élèves », explique Nadine Baugue, coordinatrice en insertion et formation à l’association Piste de Sézanne.

« Cette visite est une première pour moi, je ne connaissais pas toutes les formations dispensées ici », réagit Catherine Abt, responsable des ressources humaine chez Féralco, fabricant de rayonnages à Sézanne.

« C’est une très bonne initiative, s’enthousiasme Jean-François Thuillier, assureur à Sézanne, qui lui, connaît bien la cité scolaire. C’est une bonne chose de remercier les maîtres de stage et de leur faire découvrir l’établissement. » Comme quoi, une petite visite peut avoir de gros effets.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 07:23

Se confronter à la réalité du monde du travail et à un employeur potentiel », c’est en ces termes que Sébastien Schepens, proviseur du lycée Édouard Herriot, justifie le « job dating », terme anglais désignant des entretiens d’embauche avec plusieurs personnes limités environ à 10 minutes. Ce modèle de rendez-vous offre aux recruteurs la possibilité de passer un maximum d’entretiens dans un minimum de temps. Pour les candidats, c’est l’occasion de retrouver plusieurs recruteurs dans la même journée, sans suivre le schéma classique CV et lettre de motivation. L’objectif du lycée : favoriser les rencontres et placer les élèves face à la réalité d’un entretien d’embauche, qu’il s’agisse d’un stage ou d’un emploi.
Se confronter aux attentes de l’employeur
Un peu de stress dans les couloirs du bâtiment ou les élèves rencontrent les employeurs, quelques mains se tordent, certains scrutent le regard des premiers élèves passés, d’autres relisent inlassablement leurs notes : « Ne pas se louper ! ». Dix minutes, c’est rapide pour convaincre un employeur potentiel, d’ailleurs Axel trouve que c’est difficile de se « vendre » : « Je pense qu’il faut davantage travailler son argumentaire, les points importants pour intéresser ». Pour Thierry Galy, président de la chambre professionnelle auboise de l’industrie hôtelière, pas de doute, les élèves sont confrontés aux réelles attentes de l’employeur lors de l’entretien.
Pour mener à bien ces rencontres, les lycéens ont travaillé en cours leur CV mais aussi la façon de se présenter. « Certains ont même fait des efforts vestimentaires en venant en costume et cravate ! », souligne avec entrain Catherine Hoffmann, correspondante hôtelière pour le lycée professionnel.
Une quinzaine d’établissements représentés, une offre dans les métiers de la bouche et de l’hôtellerie qui faiblit beaucoup moins rapidement que tous les autres secteurs professionnels, quatre-vingt-dix jeunes prêts à faire des extra, trouver un contrat professionnel, un CDD ou un CDI. Ce job dating était en tout cas plein d’espoir.

Partager cet article
Repost0

Edito

Bienvenue sur le blog de la relation Ecole/Entreprise... suite

 

Recherche

Outils en ligne

Vidéos, supports de cours...

  • Supports proposés par l'Association Jeunesse et Entreprises
    • Découvrir les rouages de l'entreprise : Comment présenter l'entreprise aux jeunes  ? Visionner...

2ème rencontre école/entreprise : Développer l'esprit d'entreprendre

Compte-rendus de la journée de formation...suite

Manifestations à venir

Manifestations à venir... suite

Conseillers de l'Enseignement Technologiques (CET)

Conseillers de l'enseignement technologique